II JE : « Acteurs et réseaux en architecture » – Intervenant.es

Amandine DIENER

École nationale supérieure d’architecture de Bretagne

Diplômée d’État en Architecture et docteure en histoire de l’architecture, est maîtresse de conférences à l’ENSA de Bretagne, chercheure au Laboratoire GRIEF (UR 7465) et associée à ARCHE (UR 3400). Ses recherches sont consacrées à l’enseignement de l’architecture et de l’urbanisme en France au XXe siècle. Elle s’intéresse plus largement à l’histoire, aux théories et aux formes architecturales et urbaines, ainsi qu’aux imaginaires urbains et la mise en récit des territoires. Elle est l’auteure de Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1862-1968), Entre réformes et traditions (PUR, 2022) et a notamment codirigé L’architecture en ses écoles, une encyclopédie de l’enseignement de l’architecture (Locus Solus, 2022), ainsi que Dessins d’élèves architectes aux Beaux-Arts, Des programmes aux projets 1906-1968 (2023, Lieux Dits).

Audrey JEANROY

Université de Tours

Audrey Jeanroy est historienne de l’architecture, maîtresse de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Tours et chercheuse au sein du laboratoire InTRu. Elle a publié sa thèse sous le titre Claude Parent : les desseins d’un architecte en 2022 aux éditions Parenthèses. Ses recherches portent sur l’architecture industrielle et sur les discours architecturaux portés par des institutions publiques au XXe siècle.

Constance MARQ

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Doctorante en histoire de l’architecture sous la direction de Jean-Philippe Garric (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, ED441/HiCSA), Constance Marq prépare depuis octobre 2022, une thèse sur le voyage des architectes anglais en France entre 1802 et 1834. Ses recherches portent sur la réception de l’architecture française – de l’Antiquité à la période contemporaine – par les architectes venus d’Albion. Elles visent, plus largement, à réévaluer la place de la France dans les circulations européennes et à repenser les rapports d’émulation entretenus avec l’Angleterre au début du XIXe siècle.

David SADIGHIAN

Yale University

Professeur associé à l’école d’architecture de l’université de Yale, il fait des recherches et enseigne l’histoire de l’architecture, des infrastructures et de la culture matérielle dans le monde atlantique depuis le dix-huitième siècle. Son projet de livre actuel examine comment les méthodes de composition architecturale ont contribué à l’émergence d’un ordre international au plus fort de l’expansion coloniale européenne (vers 1870-1930). Le projet suit la circulation transnationale des principes de conception “universels” codifiés à l’École des Beaux-Arts de Paris et étudie leur rôle dans l’imagination de nouvelles institutions et structures de gouvernance mondiale – tout en générant également de nouvelles frictions locales et de nouveaux modes de résistance.

Dorian BIANCO

Centre André Chastel, Sorbonne Université

Historien de l’architecture et de l’urbanisme et spécialiste de la Scandinavie, Dorian Bianco mène une thèse de doctorat au Centre André Chastel (Sorbonne Université) depuis octobre 2019. Son sujet s’intéresse aux modèles et aux réalisations en habitat dense-horizontal (tæt-lav boligbebyggelse) menées de l’après-guerre à la fin du XXe siècle dans les périphéries urbaines au Danemark. Ses recherches interrogent plus généralement l’influence du mouvement de la cité-jardin sur l’architecture résidentielle et leur aménagement spatial et paysager.

Fabien BELLAT

École nationale supérieure d’architecture de Lille

Docteur en Histoire de l’art (Université Paris X), Fabien Bellat enseigna au Canada et en Russie, devenant ensuite jusqu’en 2023 maître de conférences associé à l’ENSA Paris-Val de Seine. Il y reste chercheur au laboratoire EVCAU. En milieu muséal, il supervisa une exposition sur la cité de Togliatti, présentée notamment au Musée d’architecture à Moscou.

Parmi ses livres publiés : Une ville neuve en URSS, Togliatti, la version russe de Minsk : architectures d’une double reconstruction ou Douchanbé, palimpsestes urbains au Tadjikistan. Ses interventions ont été entre autres données en France (Sorbonne), Russie (Lomonossov), Etats-Unis (Princeton), Chine (Hangzhou), Angleterre (RIBA).

Gwenaël DELHUMEAU

École nationale supérieure d’architecture de Versailles, Université Paris Saclay

Historien, chercheur au LéaV, ses travaux de recherche mobilisent la notion de matériau et porte sur les cultures constructives qu’il enseigne à Versailles. Ils explorent ainsi le champ de relations qui s’organise entre architecture et industrie, mobilisant le jeu des réseaux techniques et des pratiques matérielles pour interroger les systèmes de représentations et les processus culturels par lesquels, au regard des pratiques architecturales, l’espace et le temps de l’industrie se donnent à lire.

Il achève la rédaction de son HDR consacrée aux processus d’intégration plastique et aux développements des bétons architectoniques dans le champ du projet autour des années 1960-1970.

Ingrid QUINTANA GUERRERO

Universidad de los Andes, Colombia

Architecte de l’Universidad Nacional de Colombia, elle est titulaire d’un doctorat en architecture et urbanisme de l’Université de São Paulo (USP), Brésil, et de deux masters en histoire de l’architecture de l’Université Paris I et en critique de la culture contemporaine de l’Université Paris VIII, France. Le travail de Quintana sur la circulation des idées architecturales dans l’Amérique latine moderne et contemporaine à partir d’une approche décolonisante a été récompensé par divers prix, notamment la bourse Scott Opler (SAH, 2018, 2020, 2022), la bourse senior de la SAH (2023), le Prix de La Recherche Patiente (Fondation Le Corbusier, 2016), le Prêmio Destaque USP (2017), la bourse internationale Docomomo (2020) et la distinction honorifique à la Biennale Iberoamericana de Quito (2018 et 2020) et à la Biennale Colombiana de Arquitectura y Urbanismo (2020). Elle est actuellement membre de l’équipe de recherche “Formas de la Producción en Arquitectura” et co-organise le projet “Bauhaus Reverberada : una serie de eventos sobre Bauhaus y América Latina”. Elle est également rédactrice en chef des revues multimédias pour Architectural Histories (revue de l’EAHN).

Jean-Philippe GARRIC

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Architecte et historien de l’architecture, il est professeur d’histoire de l’architecture à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et a récemment été invité en tant que professeur et chercheur à Columbia University NY (2019) et à la Sapienza Università di Roma (en 2018). Ses principaux axes de recherche portent sur l’histoire des théories et des cultures architecturales ; dans l’histoire de l’enseignement de l’architecture ; ainsi que les transfert de modèles architecturaux (Europe / Amérique). Actuellement il porte deux projets internationaux : Milan et le Tessin, façonner l’espace d’une capitale européenne, 1796-1848 (Archivio del Moderno, Università della Svizzera Italiana, Universität Luzern, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; et Regards croisés sur une correspondance artistique : édition des lettres romaines de Léon et A.L.T Vaudoyer, 1826-1832 (Columbia University NY, Université Paris I Panthéon-Sorbonne).

Juan Pablo PEKAREK

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Juan Pablo Pekarek est doctorant à l’Ecole doctorale d’histoire (Institut d’histoire moderne et contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et chargé d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art. Il prépare une thèse sur les architectes Beaux-Arts, les ingénieurs de l’Ecole centrale des arts et manufactures et les entreprises de bâtiment françaises entre Paris et Buenos Aires, 1890-1930, sous la direction de Valérie Nègre. M. Pekarek enseigne l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à l’ENSA Paris-La Villette et l’histoire des techniques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lucie PROHIN

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Lucie Prohin est doctorante en histoire de l’architecture à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et chargée d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art. Elle prépare, sous la direction du professeur Jean-Philippe Garric, une thèse intitulée Exposer l’habitat ouvrier en Europe : le développement d’une culture architecturale transnationale (1851-1913). Ses recherches ont bénéficié du soutien du Paul Mellon Centre, de l’École française de Rome, de la Fondation Napoléon, et du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne. Elle enseigne l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à l’ENSA Paris-La Villette et à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Maïté RICHOU-HUYGHE

LéaV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles

Maïté RICHOU-HUYGHE est une architecte française, diplômée de l’ENSA Toulouse en 2006. En 2009, elle a obtenu le DSA de l’école de Chaillot, lui donnant le titre d’architecte du patrimoine. Après une quinzaine d’années d’exercice en maîtrise d’œuvre auprès de différents ACMH, elle a décidé, en 2021, d’entamer un doctorat en histoire de l’architecture à l’ENSA Versailles, sous la direction de Nathalie Simonnot. Son sujet de thèse qui s’intitule Le voyage d’étude de l’architecte français : les bourses d’État, 1881-1952, lui a permis d’obtenir un contrat doctoral du ministère de la Culture.

Marianela ROCHAS-PORRAZ

LéaV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles

Ana Marianela Rochas-Porraz est architecte et paysagiste, diplômée de l’Universidad Marista de Mérida (Mexique) et docteur de l’Université de Paris-Saclay. Après l’obtention d’un Master en Histoire culturelle et sociale (Énsa-Versailles / Université de Paris-Saclay) en 2017, elle soutient en 2021 une thèse en architecture et aménagement sous le titre Héritages hybrides : l’agence Dubois-Marcon à l’épreuve de la modernité mexicaine (1921-1950), travail, dirigé par Annalisa Viati Navone (Énsa-Versailles / LéaV) et Sylvie Bouffargue (CHCSC / UVSQ), avec un contrat doctoral du ministère de la Culture. Ses recherches portent sur les transferts culturels France-Mexique, le patrimoine bâti et l’histoire culturelle de l’architecture du XXe siècle. Elle est actuellement chargée de travaux dirigés en histoire de l’architecture à l’Énsa-Versailles (champ Histoire et Cultures Architecturales) et chercheuse associée au LéaV.

Nathalie SIMONNOT

École nationale supérieure d’architecture de Versailles, Université Paris Saclay

Docteur en histoire de l’architecture, habilitée à diriger des recherches, Nathalie Simonnot est ingénieur de recherche au LéaV à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles. Elle est actuellement directrice du laboratoire et co-responsable du master 2 recherche Architecture et ses territoires.

Nicholas PARKINSON

Carlsberg Foundation Internationalisation Fellow

Nicholas Parkinson est un boursier de la Fondation Carlsberg pour l’internationalisation, accueilli par l’Institut national d’histoire de l’art. Ses recherches portent sur la relation entre l’art et le pouvoir dans la politique internationale et locale du XIXe siècle, en particulier à travers la sculpture, l’espace urbain et l’historiographie.

Regina CAMPINHO

Ministère de la Culture

Diplômée en 2005 par l’Ecole d’Architecture de Porto, Portugal, et en 2009 par l’École de Chaillot, France, Regina Campinho a reçu avec distinction, en février 2022, son doctorat en ‘Histoire’ et ‘Patrimoines d’Influence Portugaise: Architecture et Urbanisme’ à l’Université de Coimbra, Portugal, co-encadrée à l’École d’Architecture de Nancy (ENSAN), France. Parallèlement, et tout en assurant des missions d’enseignement à l’ENSAN, Regina Campinho a été lauréate de la séance 2021 du concours d’Architecte et Urbaniste de l’Etat. Depuis septembre 2022, elle est Architecte des Bâtiments de France à l’Unité Départementale de l’Architecture et du Patrimoine de la Vienne.

Shahram ABADIE

ÉNSA de Strasbourg

Maître de conférences à l’ÉNSA de Strasbourg, chercheur à l’unité de recherche Arche, architecte diplômé de l’Université de Téhéran et docteur en histoire de l’architecture de l’Université de Strasbourg. Après sa thèse publiée sous le titre d’Architecture des salles obscures (AFRHC, 2018), il a développé ses travaux sur l’histoire des types d’édifices, la formation des architectes au XXe siècle et les transferts culturels dans l’architecture. Il en a résulté une cinquantaine de publications dont l’ouvrage collectif Architectes français au Moyen-Orient (1930-1980) : médiateurs de transfert ou agents de globalisation ? (Méandres, à paraître).

Stéphane GAESSLER

Université Paris-IV-Sorbonne

Historien de l’art et slaviste de formation, Stéphane Gaessler mène une thèse de doctorat sous la direction du Professeur Jean-Baptiste Minnaert, à l’Université Paris-IV-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’histoire de l’architecture de l’URSS entre 1955 et la fin des années 1960.

Yolanda MUÑOZ-LOZANO

Université Paris I Panthéon-Sorbonne et Pontificia Universidad Católica de Chile

Architecte et chercheuse péruvienne diplômée de l’Universidad Ricardo Palma de Lima, Pérou (2007); et Master en architecture à la Pontificia Universidad Católica de Chile (2011). Elle est doctorante en architecture et études urbaines à la Pontificia Universidad Católica de Chile (Boursière ANID) et doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France). Ses recherches portent sur l’histoire culturelle : les transferts culturels dans l’architecture, la modernisation de Santiago au tournant du XIXe et du XXe siècle et l’enseignement de l’architecture en France et au Chili. Actuellement, elle travaille à l’unité des normes d’intervention et des plans de gestion du secrétariat technique du Conseil des monuments nationaux, ministère de la culture, des arts et du patrimoine du Chili.



Citar este post
Yolanda Muñoz Lozano (2024, 26 febrero). II JE : « Acteurs et réseaux en architecture » – Intervenant.es. Transferencias / Interferencias. Recuperado 17 de junio de 2024, de https://doi.org/10.58079/vwno

También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search