II JE : « Acteurs et réseaux en architecture » – Resumés

Information des sessions et resumés

Journée 1 : Vendredi 29/03/2024

Conférence: « De l’aménagement des villes en territoire étranger à l’enseignement à l’Ensba : projet et théorie d’André Gutton »

Amandine DIENER, École nationale supérieure d’architecture de Bretagne

Ces dernières années, plusieurs études ont réhabilité la figure d’André Gutton tant il renouvela le cours de théorie de l’architecture dispensé à l’École des beaux-arts de Paris (1949-1958) en le faisant évoluer vers l’urbanisme avant de développer une formation dédiée au sein du Séminaire et atelier Tony Garnier (1961-1973), créé avec Robert Auzelle. Vis-à-vis de ses prédécesseurs, Gutton repensa largement le corpus de références mobilisées en l’ouvrant à la production architecturale et urbaine étrangère ainsi qu’à ses propres projets. Il mobilisa notamment les plans d’aménagement réalisés dans les années quarante et cinquante en Syrie, au Cambodge ou encore au Sénégal. 

Afin d’illustrer les relations que l’enseignement de l’architecture aux Beaux-Arts entretient avec l’étranger, cette communication développera, par le biais de Gutton, un double regard : d’une part, les projets que l’architecte-urbaniste mena en territoire colonial ou indépendant depuis peu ; d’autre part, la production bâtie étrangère convoquée par l’enseignant dans ses cours donnés aux Beaux-Arts durant les mêmes années. À travers cela, il s’agira plus largement d’interroger la contribution d’une tradition française de l’architecture et de l’urbanisme en territoire étranger, la circulation des modèles ainsi que la manière dont pratique et enseignement nourrissent une vision théorique. 

Session 1 « Les réseaux professionnels au-delà des frontières internationales »

Cette session propose d’étudier le rôle des réseaux professionnels dans la diffusion transnationale de la culture architecturale, non seulement des idées, mais aussi des connaissances relatives à l’exercice et à la pratique de la profession, ainsi qu’à l’utilisation de matériaux et d’objets techniques. Des études récentes en France ont mis en lumière différentes manières de renforcer le collectif professionnel au-delà de l’appartenance à un établissement d’enseignement commun, notamment celles qui se sont focalisées sur la formation de sociétés professionnelles (Lambert 2020, Decommer 2017), sur les connexions politiques et sociales des architectes (Rodriguez Tomé, 2017), ainsi que sur l’importance des ateliers de formation (Lambert, Thibault, 2011, Garric 2011). Ces réseaux s’appuient généralement sur une tradition institutionnelle ou sur un cadre de normes dans des limites nationales ou locales. Afin d’élargir cette échelle d’observation, cette session aborde les mécanismes par lesquels les professionnels de l’architecture construisent des liens alternatifs, des collaborations et des canaux de diffusion qui dépassent ces frontières nationales et institutionnelles.

Stéphane GAESSLER, Université Paris-IV-Sorbonne

Dorian BIANCO, Centre André Chastel, Sorbonne Université

L’urbanisme du développementalisme à la lumière de l’activité de la Fédération internationale pour la planification et le logement : Le congrès mondial sur la planification et la construction de logements (World Planning and Housing Congress) organisé à San Juan à Porto Rico du 28 mai au 3 juin 1960. 

Ce congrès rassemble des architectes et urbanistes issus des différents continents, des différents blocs politiques de la guerre froide (Est, Ouest, Non alignés) des pays développés du nord et des pays du sud en voie de développement. Nous proposons de partir de ce congrès pour évoquer la question d’une internationalisation des politiques d’urbanisme et de la possibilité alors envisagé de mettre en place des programmes de coopération et de réalisation commun au service de l’amélioration des conditions économiques et de vie de différents états en voie de développement de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique du sud. Le congrès qui se déroule à l’Université de Porto Rico accueille plus de 800 participants. Il est inauguré par Jean Canaux, urbaniste directeur du Centre de recherche d’urbanisme de Paris, qui est alors président de la Federation for Housing and Planning et par l’urbaniste Charles S. Ascher le représentant américain de cette fédération. L’événement fait d’ailleurs coïncider le 25ème Congrès de l’International Federation for Housing and Town Planning et la 3ème assemblée générale de l’Inter-American Planning Society dont le président est le portoricain Rafael Pico.

Parmi les thèmes principaux du Congrès La contribution de la planification physique (physical planning) au développement économique et social et La place de l’aide à l’autonomie et de l’aide mutuelle dans les programmes politiques du logement. Ce dernier thème est particulièrement central car il aborde le programme d’aide mutuel et d’aide à l’autonomie qui fut mis en place par le gouvernement américain à Porto Rico depuis le début des années 1940 jusqu’au début des années 1970. Ce programme permettait d’aider les familles à construire leurs maisons, ces dernières se regroupant en brigades de 20 à 25 familles chacune, bénéficiant d’une assistance technique et de prix avantageux sur les matériaux, cette politique a permis de bâtir plus de 35 000 maisons en particulier dans les secteurs ruraux. Porto Rico a été érigé en modèle de collaboration entre secteur public et habitants. Une exposition consacrée à l’urbanisme et à l’aménagement des villes est organisée par le Congrès. 

Quelle place Puerto Rico a occupé dans l’élaboration et la diffusion de politiques d’urbanisme centrés sur la résorption des problématiques sociales propres aux villes du sud global.

Constance MARQ, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Entre Londres et Paris : le rôle de Thomas Leverton Donaldson (1795-1885) dans la création d’un réseau d’architectes franco-anglais

Aujourd’hui peu connu, l’architecte Thomas Leverton Donaldson (1795-1885) a joué un rôle de premier plan dans l’organisation de la profession en Angleterre. Membre fondateur du Royal Institute of British Architects (1834), il est successivement secrétaire honoraire (1834-1839), secrétaire des affaires étrangères (1839-1859), puis président de l’institution entre 1863 et 1865.

Grâce à son investissement se met en place, dès 1834, un important réseau d’acteurs transmanche. Donaldson participe, en effet, à la nomination d’architectes français comme membres honoraires et correspondants du RIBA. Ces contacts et ses voyages en France lui offrent la possibilité de présenter des articles sur des sujets architecturaux français à l’occasion des assemblées générales de l’institut.

À partir des nombreuses lettres échangées entre Donaldson et les architectes français de sa génération, il s’agira de comprendre la nature de leurs discussions et l’intensité de leurs interactions. L’examen des articles présentés par l’architecte anglais aux assemblées du RIBA permettra d’éclairer la circulation des savoirs et des idées entre la France et l’Angleterre, de la création de l’institut à la fin de la présidence de Donaldson. Plus largement, il s’agira d’esquisser la formation d’un réseau transnational d’acteurs franco-anglais et son rôle dans l’organisation de la profession architecturale au XIXe siècle.

Lucie PROHIN, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Maisons ouvrières et briques creuses : sur quelques réseaux de diffusion d’idées et de techniques autour de la figure d’Henry Roberts (1803-1876)

L’architecte britannique Henry Roberts (1803-1876) a œuvré, à partir de la décennie 1840, pour la Society for Improving the Condition of the Labouring Classes (S.I.C.L.C.) — placée sous le patronage du Prince consort Albert. Dans ce cadre, il a été amené à concevoir des habitations ouvrières réelles, mais également des plans-types qui ont été largement diffusés, notamment par voie imprimée. En 1850 par exemple, Roberts publie l’ouvrage The Dwellings of the Labouring Classes, Their Arrangement and Construction, qui comprend les plans de nombreuses maisons modèles. La traduction en français de cet opus la même année, sur ordre de Louis-Napoléon Bonaparte, est bien connue et a souvent été mentionnée dans l’historiographie. Mais les réseaux de diffusion de cet ouvrage en France, quoique documentés par des archives, ont été moins étudiés.

L’année suivante, en 1851, on doit à Roberts la conception du model cottage que le Prince Albert fait construire, à taille réelle, lors de la Great Exhibition de Londres — événement qui amplifie l’attention accordée aux réalisations de l’architecte et de la S.I.C.L.C.

Mais au-delà des circulations d’idées relatives à l’habitat ouvrier, d’autres transferts, moins connus, ont eu lieu sur le plan technique. Pour la construction de ses maisons Roberts a en effet mis au point un type spécifique de briques creuses (hollow bricks) dont il promouvait les propriétés dans ses ouvrages et dans ses interventions lors de congrès internationaux

L’objectif de cette communication est donc double. Il s’agit d’abord d’explorer plus finement les réseaux de circulation des idées de Roberts — notamment dans le cas de son ouvrage traduit en France. Mais surtout, nous tenterons de lever le voile sur les mécanismes de diffusion de son « invention » technique, et sur les raisons expliquant pourquoi elle a peut-être rencontré plus de succès sur le papier que sur le terrain.

Ana-Marianela ROCHAS-PORRAZ, LéaV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles

Le rôle éditorial de l’architecte Mario Pani Darqui : la figure d’un traducteur entre la France et le Mexique (1937-1950)

La présente communication s’inscrit dans les champs de la circulation des modèles architecturaux et les transferts culturels entre la France et le Mexique durant la première moitié du XXe siècle, à partir de l’étude de la production éditoriale de l’architecte mexicain Mario Pani Darqui (1911-1993).

Formé en France à l’école de Beaux-Arts de Paris (1930-1934), il s’engage ultérieurement dans deux revues d’architecture : en France, en tant que correspondant pour l’Architecture d’Aujourd’hui (1937-1939) sous la direction de André Bloc et, au Mexique, avec la revue Arquitectura México (1938-1950), en tant qu’éditeur.

La recherche en cours constitue un approfondissement du travail effectué dans le cadre d’une thèse en architecture, dans lequel Mario Pani a été perçu comme un passeur (ou un traducteur) des pratiques architecturales entre les deux cultures. L’analyse comparative des certains articles, nous permettra d’aborder son rôle comme journaliste et éditeur, un aspect encore inexploré de sa carrière.

SESSION 2: « Les circulations. Les architectes et les projets, des intermédiaires mobiles » 

Les voyages des architectes constituent un enjeu particulièrement développé par les approches de l’histoire de l’architecture qui s’intéressent à la circulation des idées, des théories et des modèles. Dans le cas de la France, les envois de Rome, dans le cadre plus large de la formation artistique et architecturale en Italie, en Grèce et dans le monde méditerranéen, ont suscité un grand intérêt dans le contexte de la formation des Beaux-arts (Pinon, Amprimoz, 1988). 

Suivant la proposition récemment esquissée dans le cadre des journées d’études de l’ÉNSAPLV (publication prévue pour 2026, sous la direction de Marilena Kourniati, Antonio Brucculeri et Massimiliano Savorra), cette session propose d’aborder des formes moins connues des circulations et des mobilités transnationales, non seulement des architectes dans leur formation, mais aussi dans l’exercice de leur profession, à partir d’approches qui articulent l’échelle globale et la micro-histoire. Au-delà des personnages mobiles, des go-betweens (Raj et al, 2009), nous proposons également d’aborder la circulation des projets et des autres formes de production intellectuelle, notamment entre la France et l’Amérique latine, afin d’élargir nos approches des figures et des acteurs intermédiaires.

David SADIGHIAN, Yale University

Learning from Yucatán: André Remondet’s Mayan Modernism

In 1938, nearing the end of his three-year Prix de Rome fellowship, French architect André Remondet rejected the ruins of Greco-Roman antiquity and chose a site across the Atlantic for his required archeological research: the Mayan temples of Chichen Itza. What motivated this unprecedented move? My talk will explore the intersecting aesthetic and political agendas behind Remondet’s controversial decision to venture to the Yucatán Peninsula. As the École’s time-honored language of Classicism was coopted by Fascist regimes across Europe, Pre-Columbian monuments, I will argue, offered a new source of formal logics and origin myths—opposing not only Classicism, but also rising Modernism. Supported by close study of Remondet’s drawings, currently housed at Harvard University’s Peabody Museum of Ethnography, my talk will also examine Pre-Columbian monumentality as a transnational actor during a period of mounting nationalist aggression. To this end, I will analyze how Remondet abstracted Mayan monuments through representational techniques of Beaux-Arts drawing, and how those abstractions supported the development of an alternative vision of Modernism—one born not of industrial factories and machines, but from the ruins of Pre-Columbian America.

Maïté RICHOU-HUYGHE, LéaV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles

Les bourses de voyage d’État des architectes français, 1881-1952 : encourager le renouvellement de l’art national par le voyage d’étude à l’étranger ?

La présente proposition traite des transferts culturels transnationaux, à travers l’étude des bourses de voyage d’État des architectes français. Ces bourses sont des récompenses qui ont été distribuées par l’État, entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle, à plusieurs catégories d’artistes, dont des architectes. De conception très libérale, ces bourses permettaient aux artistes bénéficiaires de voyager pendant un an à l’étranger, sans contraintes de destinations, de productions ou de sujets d’étude. Ce modèle de bourses est emblématique de la politique menée par la IIIe république en matière de soutien des artistes. En effet, à partir de la fin des années 1870, l’État commence à se désengager de la gestion des affaires artistiques, et à créer, en contrepartie, des récompenses gouvernementales plus libérales. Faire voyager des artistes dans ces conditions, représentait alors pour l’État le double objectif, d’encourager à la fois l’expression d’un style personnel de l’artiste, mais également de renouveler l’art national français sur la base des diversités stylistiques rencontrées. Dans quelle mesure les voyages effectués par les boursiers architectes ont-ils répondu à ces objectifs ?

La contribution proposée s’appuiera sur l’analyse d’archives institutionnelles mais également sur des fonds d’archives inédits (fonds privés des boursiers).

Yolanda MUÑOZ-LOZANO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Pontificia Universidad Católica de Chile

Jules-Émile Jéquier, architecte, ancien élève, et voyageur franco-chilien, 1870-1920

Au XIXe siècle, on pensait que l’un des grands avantages de l’expérience des voyages à l’étranger était la possibilité d'”améliorer l’esprit”. Il n’est pas rare de trouver des références aux nouvelles perspectives que les voyages fréquents apporteraient au voyageur, même par rapport à son pays d’origine.  Au cours des vingt dernières années, certains auteurs se sont appuyés sur de nouvelles preuves pour déduire que non seulement le fait de voir de nouveaux endroits, mais aussi le voyage lui-même – dans ce cas, le voyage transatlantique – offrait au voyageur la possibilité de remettre en question ses propres pensées et croyances jusque-là incontestées, grâce à la capacité du voyage à libérer l’imagination humaine. 

Né à Santiago du Chili, Jules-Émile Jéquier est un architecte franco-chilien diplômé de l’École spéciale d’architecture en 1886. Il entre ensuite à l’École des Beaux-Arts de Paris, où il reste en seconde classe jusqu’en 1889. Parallèlement à sa remarquable activité professionnelle, Jéquier enseigne l’architecture à l’Université catholique du Chili, dirige un atelier et devient directeur de l’école pendant de nombreuses années. 

Les voyages – de formation et professionnels – ont joué un rôle fondamental dans la vie de Jéquier. Né au Chili, comme ses deux frères aînés, il se rend en France à l’âge de quatre ans en 1870, lorsque la famille de l’ingénieur centralien Henri Jéquier revient en France après un long séjour au Chili. Ce retour semble avoir été motivé par le désir de Jéquier de donner à ses enfants une éducation française, avec tout ce que cela implique à la fin du XIXe siècle. Ils passent ainsi leurs années de formation à Paris, pendant la grande transformation de la ville menée par le baron Haussmann. En 1889, après avoir fréquenté deux écoles d’architecture, Jules-Émile Jéquier retourne au Chili grâce à un contrat professionnel du gouvernement chilien. Pendant le temps que Jéquier passe au Chili, l’architecte fait plusieurs voyages, qui sont des expériences fondamentales dans la maturation de ses idées sur l’architecture, et qui à leur tour aiguisent son esprit critique.

Cet ouvrage est conçu comme un récit de la vie professionnelle de Jéquier, dont l’épine dorsale est le voyage, mais qui réfléchit en même temps à l’expérience du voyage, aux architectes et aux savants voyageurs qui sont arrivés au Chili au cours du XIXe siècle et à leur influence sur la modernisation des capitales latino-américaines comme Santiago.

Nicholas PARKINSON, Carlsberg Foundation Internationalisation Fellow à l’INHA

La Arquitectura de la Derrota: la Cripta de los Héroes del Perú 

My paper examines Peru’s architectural, political, and mnemonic relationship with France through an analysis of la Cripta de los Héroes, inaugurated in 1908 in Lima’s Cementerio Presbítero Matías Maestro. The thirty-meter-high mausoleum was designed by French architect Émile Robert along with French sculptor Antonin Mercié to house the remains of combatants who had fought during the War of the Pacific (1879-1883). The war arose out of a dispute between Chile and Bolivia, alongside the latter’s ally, Peru, over control of the nitrate-rich territories of the Atacama Coast, resulting in a victory for Chile and defeat for both Peru and Bolivia. Inaugurated nearly three decades later during the period of economic rejuvenation under the República Aristocrática, la Cripta de los Héroes, I argue, illustrates not only an important instance of transatlantic cooperation between French and Peruvian architects, but also a geopolitical and mnemonic recentering of Peruvian politics towards France. To demonstrate this point, I analyze the mausoleum’s architectural decoration, highlighting Mercié’s marble sculpture Gloria Victis, which stands directly above la Cripta de los Héroes’ entrance. Gloria Victis – or Glory to the Defeated – was created by Mercié in 1873 as a response to France’s defeat during the Franco-Prussian War (1870-1871). The sculpture spread across France during the early decades of the Third Republic, erected in municipal buildings and urban squares as a means of commemorating fallen soldiers and as a symbol of national resurrection in the wake of defeat. This presentation therefore unpacks the history of la Cripta de los Héroes construction and the symbolism of its decorative schema to understand how the memory of defeat shaped French and Peruvian relations at the start of the twentieth century. 

Journée 2 : Samedi 30/03/2024

Conférence: « L’Urbanisme moderne à l’épreuve des transferts : aventures orientales de Michel Écochard (1905-1985) »

Shahram ABADIE, ENSA Strasbourg

« L’architecte le plus aimé des Orientaux » débuta sa carrière à Damas en 1930 avant d’étendre ses activités après la Seconde Guerre, à tout le Moyen-Orient et l’Afrique. Ses interventions dans le pourtour méditerranéen ont déjà été auscultées notamment par Marlène Ghorayeb qui en a souligné les principes hybrides entre fonctionnalisme et régionalisme. Son œuvre plus « continentale », en revanche, n’a été évoquée que sommairement dans la littérature.  Cette contribution propose de revenir sur un épisode méconnu de son parcours déroulé en Iran dans les années 1960. Il fut alors sollicité, grâce à l’entremise de ses anciens collaborateurs d’agence iraniens, comme expert auprès du Conseil national supérieur d’urbanisme du pays, fraichement institué. Participant à l’étude des plans directeurs de nombreuses grandes villes, il finit par signer celui de Tabriz. L’objectif est d’interroger, à travers les archives de son agence, la permanence de ses théories urbanistiques et l’étendue de son réseau d’influence, en croisant son œuvre iranienne avec ses réalisations « orientales » antérieures. 

SESSION 3 : « Les lieux d’échanges transnationaux et transdisciplinaires. Villes, territoires, entreprises »

Comment définir l’espace transnational dans lequel ces acteurs circulent et leurs réseaux sont activés ? S’appuyant sur le concept de « Trading Zone » (Long, 2015) provenant de l’histoire des sciences pour décrire un lieu où se croisent et s’articulent des savoirs, des pratiques et des traditions d’origines différentes, cette session propose d’aborder différents milieux des transferts transnationaux de culture architecturale en reconnaissant leur remarquable diversité et pluralité. 

Ces « arènes culturelles » (Gorelik, Peixoto, 2016) composées par les praticiens de l’architecture et de la construction sont également marquées par leur interaction avec d’autres acteurs et avec un contexte plus large de nature politique, sociale, culturelle et technique. En ce sens, l’analyse de la production d’architecture suit des approches et des objets d’étude divers : de l’échelle des opérations urbaines et territoriales comme la reconstruction d’une ville en relation avec un contexte géopolitique complexe et la circulation de techniciens sur les chantiers de travaux publics, à l’organisation des agences d’architecture (Nègre et al, 2020), comme l’articulation internationale d’équipes d’architectes pour un grand projet commun et les collaborations d’architectes français des deux côtés de l’Atlantique.

Ingrid QUINTANA GUERRERO, Universidad de Los Andes, Colombia.

« La sede de la UNESCO en París. Hernán Vieco en un dispositivo de intercambios transatlánticos »

La sede de la Unesco en la Place Fontenoy de París constituye uno de los más relevantes proyectos arquitectónicos europeos debido no solo a su estratégico en la construcción de la diplomacia internacional sino a su osadía estructural y a su condición como escenario  para la confluencia artística. 

La historia del edificio parisino – proyectado por el arquitecto francés Bernard Zerhfuss, el  diseñador húngaro Marcel Breuer y el ingeniero italiano Pier Luigi Nervi – ha sido  frecuentemente documentada desde sus más afamados protagonistas, incluyendo sus asesores internacionales (Lucio Costa, Le Corbusier y Walter Gropius, entre otros) y los  artistas de vanguardia que contribuyeron con su obra a la consolidación de  gesamkunstwerk (Pablo Picasso, Joan Miró, Alexander Calder, Roberto Matta, Rufino  Tamayo, etc.). Sin embargo, poco se ha aborddo el crucial papel de colaboradores  intermedios, vinculados a las oficinas de sus respectivos asociados, en tan ambiciosa  empresa. 

Basado en fuentes originales de los Archives d’Architecture Moderne IFA, los Unesco Archives y en documentos personales de Hernán Vieco, esta comunicación visibiliza la  acción de jóvenes arquitectos en formación en París como el colombiano Hernán Vieco,  definitiva para la articulación del trabajo entre filiales y la consolidación de un acervo excepcional de arte moderno. 

Fabien BELLAT, Énsa Paris-Val de Seine

« Architectes de la reconstruction de Varsovie : de la continuation à l’ostracisme de la modernité, jusqu’à l’exportation de l’architecture stalinienne »

Après une occupation nazie acharnée à effacer la culture polonaise, le milieu créatif varsovien affronta après 1948 un autre terrible obstacle : le Rideau de Fer. Le nouveau régime communiste en Pologne autorisa certes un patriotique rétablissement soi-disant à l’identique du vieux-centre de Varsovie. Or, outre les restaurations, les architectes voulurent maintenir une certaine modernité, et continuer les liens noués avec la scène novatrice internationale via les CIAM. Ainsi des époux Stanislawa et Maciej Nowicki, d’Helena et Szymon Syrkus ou Barbara et Stanislaw Brukalski. Les premiers préparèrent une refonte urbanistique liant perrétisme et corbusianisme. Les autres concilièrent assimilation de modèles extérieurs et recherche personnelle.  

Toutefois, la pression croissante de l’URSS ostracisa ces efforts modernes, et les Russes entreprirent d’imposer en Pologne l’historicisme stalinien. Pour cela, Edmund Goldzamt fut leur instrument dévoué. Cependant, Bohdan Pniewski ou Marek Leykam cherchèrent une troisième voie entre modernité occidentale et stalinisme rétrospectif : Paul Tournon salua d’ailleurs leur créativité synthétique. 

Bien que les contacts avec des interlocuteurs français tels Pierre Vago et André Gutton fussent alors restreints et surveillés, les francophiles bâtisseurs polonais eurent un rôle clé dans le développement de l’UIA. Celle-ci leur permit de dialoguer encore avec les collègues occidentaux, sautant là les barrières mentales du Bloc de l’Est. 

Comment fonctionnèrent ces transferts ou interactions ? Quel impact ces échanges personnels ou technologiques eurent-ils sur les chantiers varsoviens ? Entre affirmation nationale, intégration de sources allogènes, et inféodation au totalitarisme stalinien, cette reconstruction confronta ses bâtisseurs tant à de désirées que d’impérieuses interférences.  

Juan Pablo PEKAREK, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

« Agences transnationales d’architecture, Argentine, France »

L’agence d’architecture est un objet d’étude qui permet d’examiner la production architecturale comme travail collectif, ainsi que la relation entre l’élaboration du projet et le chantier. Nous cherchons à saisir la logique entrepreneuriale des architectes diplômés de l’École des Beaux-Arts actifs en Amérique du Sud au début du XXe siècle. Loin d’envoyer des dessins depuis Paris, ces architectes cherchent à participer à la construction des capitales australes en plein essor. Quelles stratégies mettent-ils en œuvre ? Sur quels réseaux et alliés s’appuient-ils ? Quels sont les défis concrets qu’ils rencontrent sur le sol américain, en termes institutionnels, économiques, culturels et techniques ? Une difficulté pour répondre à ces questions est, bien évidemment, le manque de sources. En ce sens, l’agence d’Albert Guilbert (1866-1949), architecte parisien actif à Buenos Aires, Montevideo et Rio de Janeiro depuis 1910, est un cas particulier. Le fonds Guilbert, gardé au Centre d’archives d’architecture contemporaine, conserve la correspondance entretenue pendant plus de deux décennies avec son représentant au Rio de la Plata, l’ingénieur Eugène Gantner (1878-1941). C’est à partir de cette source inédite que nous proposons d’étudier le fonctionnement de cette « entreprise d’architecture ».

Regina CAMPINHO, Ministère de la Culture

The engineer’s field trip : building modernity in the imperial network

From September 1883 to April 1884, Portuguese Military Engineer Adolfo Ferreira Loureiro (1836-1911) would set out on a journey from Lisbon to Macao and back, on appointment from the Ministry of the Overseas, to conduct a seven-month mission of expertise on the colony’s harbor conditions. General Loureiro’s fifteen-month trip, and the number of publications that ensued, are a testimony of how committed the Portuguese engineers were to learning, practicing and sharing knowledge on European modernity, as well as to how they affected the role of modernizers, whether through their stations as public servants at the public works institutional level, or as public representatives at the central and local government level.

In this paper, and by analyzing General Loureiro’s experience, we will look at how European empires promoted the circulation of scientific and technical experts throughout the colonies. In particular, we will see how these government-sponsored missions by public works engineers and the publication of travel journals and expert reports on foreign technical advances met through those travels, played an essential part in the circulation of information and the homogenization of modern practices of urban renovation at the end of the nineteenth century.



Citar este post
Yolanda Muñoz Lozano (2024, 26 febrero). II JE : « Acteurs et réseaux en architecture » – Resumés. Transferencias / Interferencias. Recuperado 17 de junio de 2024, de https://doi.org/10.58079/vwnn

También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search