CALL FOR PAPERS : “Educating in Architecture, Cities and Landscapes: New challenges for the 21st century”

« Les Pédagogies de l’architecture, de la ville et du paysage : nouvelles donnes au XXIe siècle »

Langues acceptées : français, anglais.

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 20 mai 2024 au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère :craup.secretariat@gmail.com

 

Les dernières décennies, dans le cadre de leur internationalisation, les formations à l’architecture, la ville et au paysage sont soumises à de nouvelles tensions : elles contribuent à mettre en concurrence les établissements, chacun amené à définir un programme attractif. Ce n’est sans doute pas un hasard si de nombreuses écoles ou facultés françaises et étrangères ont récemment voulu écrire leur histoire et affirmer leur identité à partir de leurs origines professionnelles ou académiques, comme l’école des Beaux-arts ou à partir de leurs inspirations par des écoles d’ingénieurs ou le Bauhaus, entre autres. L’internationalisation a aussi permis d’amplifier les circulations et les ouvertures pédagogiques, avec des mobilités qui, si elles ne sont pas nouvelles, sont facilitées. En Europe, le processus de Bologne a initié à partir de 1999 une harmonisation des cadres pédagogiques de l’enseignement supérieur. Comment les formations à l’architecture, à la ville et au paysage s’adaptent-elles à ces nouvelles données selon le contexte national des établissements et leurs histoires ?

Ces formations sont intégrées dans des universités ou des universités techniques, y compris en France, où les établissements les ont récemment rejointes comme « composantes » ou bien au niveau de leur école doctorale Elles offrent un cycle doctoral — dernier des trois niveaux du cursus licence, master, doctorat (LMD) requis en Europe — et disposent de laboratoires de recherche ; les nouvelles qualifications attendues des enseignants  parmi lesquelles le doctorat — sont partagées au niveau international. En France, la reconnaissance des diplômes des études d’architecture par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation — seconde tutelle des écoles avec le ministère de la Culture —, constitue un rapprochement supplémentaire avec le modèle universitaire.

Cette évolution n’a pas supprimé l’objectif de professionnalisation, maintenu dans tous les établissements de l’architecture, de la ville et du paysage et leurs enseignements en préservant ou en renforçant l’articulation entre formation et activités professionnelles selon les pays. Dans la dernière décennie du XXe siècle, l’ouverture du marché européen a pu susciter la crainte d’une inadaptation des compétences professionnelles des étudiants et des architectes désormais en concurrence, aussi les formations visent-elles à s’inscrire sur les standards mondiaux et à s’ouvrir aux nouvelles professionnalités des métiers de l’architecture, proposant des stages diversifiés, des troisièmes cycles spécialisés, des licences d’exercice au niveau européen.

Si les recherches sur l’enseignement de l’architecture, de la ville et du paysage ont été nombreuses ces dernières années, les périodes les plus proches demeurent celles les moins bien renseignées et les travaux comparatifs les moins nombreux, alors que la circulation des pédagogies entre continents s’accentue. Leurs auteurs ont principalement considéré l’échelle nationale, plus rarement l’échelle internationale, souvent d’un point de vue historique, en concentrant leur regard sur le XXe siècle. Ils ont abordé l’enseignement sous divers angles : la sociohistoire des acteurs et des institutions de l’enseignement, l’étude des lieux et des moyens matériels de la pédagogie ou les relations entre enseignement et profession. Les pédagogies nouvelles ont également été étudiées, notamment celles développées autour de 1968.

Sans s’appesantir sur les nouveaux cadres donnés aux institutions, aux acteurs et aux moyens de l’enseignement, ce sont les effets qu’ils ont sur les pédagogies que ce numéro des Craup souhaite mettre en lumière. « Ensembles d’activités pédagogiques interreliées qui s’appuient sur une représentation de l’être humain, de l’apprentissage et de la société », les modèles pédagogiques se déclinent, non seulement dans des situations plurielles d’apprentissage (amphithéâtre, atelier, voyage…), avec des visions diversement accentuées des dimensions technique, artisanale, sociale ou artistique de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage – pluridisciplinaires –, mais aussi dans des articulations variables entre savoirs académiques et savoirs professionnels.

Notre ambition est donc d’interroger ces modèles par des contributions répondant à la question suivante : au regard de l’harmonisation structurelle européenne, voire au-delà, quelles sont les diverses interprétations de ces doubles apports académiques et professionnels en matière de pédagogie ? Notre hypothèse est que si des tensions subsistent entre ceux-ci, ce sont des hybridations, favorisées par l’internationalisation, qui en résultent.

En sus des sources exploitées dans l’histoire de l’enseignement et de la sociologie des acteurs, telles que les archives pédagogiques des institutions, les archives orales ou les archives privées des enseignants et étudiants, la mobilisation de matériaux originaux, qu’il conviendra de croiser, est recommandée : curriculum vitae d’enseignants, mémoires d’autobiographie scientifique des habilitations à diriger des recherches, conférences, revues d’écoles, rapports d’évaluation des établissements, données des associations d’anciens étudiants, sites internet… Au-delà de témoignages d’enseignants et/ou de chercheurs, sont donc ici attendues des contributions distanciées sur l’analyse des formations tant en architecture qu’en urbanisme et en paysage, françaises mais aussi européennes et au-delà, des approches monographiques ou des comparaisons internationales.

Trois axes sont identifiés pour aborder les pédagogies au prisme des relations entre les modèles universitaire et professionnel. À chaque échelle correspond une façon d’explorer les tensions qui les structurent, depuis la conception individuelle portée (ou reçue) par les protagonistes, en passant par l’organisation d’une formation jusqu’à la vision réflexive et prospective proposée par les réseaux qui dépassent les localismes pour penser les enjeux globaux contemporains. Les articles peuvent relever de plusieurs axes.

1. Les pédagogies vues à l’échelle individuelle

Les pédagogues (et éventuellement leurs modèles)

Comment évoluent les profils des enseignants, leurs positions, leurs pratiques pédagogiques, notamment depuis le développement des doctorats en architecture ? Quels modèles et références pédagogiques sont convoqués ? Comment composer entre des positions d’architectes intellectuels, chercheurs, critiques, et celles de maîtres d’œuvre, qui étaient tenues par quelques grands noms après 1968 ? Le débat est actuel. Des statuts spécifiques permettent à des personnalités et des professeurs invités de participer à la circulation internationale des pédagogies, voire à leur renouvellement : quels sont les effets sur les écoles et les individus ? Enfin, des programmes de conférences organisées dans les écoles nourrissent les contenus : quels sont les apports de ces conférenciers pour les formations et pour l’image des établissements eux-mêmes ? Comment ces enseignants coexistent-ils dans leur diversité, au sein des établissements, pour construire les programmes de formation ?

La réception des pédagogies par les étudiants dans la construction de leurs cursus de plus en plus internationaux et de leurs professionnalités

Alors que les programmes pédagogiques organisent la cohérence et la progressivité des formations, celles-ci font l’objet d’interprétations diverses par les étudiants. Que racontent leurs parcours ? Comment sont reçus les enseignements au quotidien ? Des revendications étudiantes récentes révèlent quelques insatisfactions à examiner. Quel manque dans les études actuelles pallieraient des formations en alternance souvent réclamées par les étudiants ? Quels contenus permettent de délivrer des équivalences, voire des diplômes, par validation des acquis de l’expérience (VAE) ? Que vont chercher les étudiants qui bénéficient du programme d’échange universitaire européen Erasmus, qui s’est largement vulgarisé et étendu depuis sa création en 1987 ? L’introduction de formations à la recherche ouvre-t-elle de nouvelles trajectoires ? Quels sont leurs retours rétrospectifs sur les études suivies ?

2. Les pédagogies vues à l’échelle des écoles

Les pratiques et les dispositifs pédagogiques entre continuités, ruptures et expérimentations

Les changements institutionnels n’ont pas le pouvoir de faire table-rase des pédagogies et des continuités sont maintenues (par exemple en France, l’atelier de projet et l’enseignement artistique restent incontournables). Il n’en reste pas moins que les pratiques et dispositifs pédagogiques ont été modifiés par les effets d’une formation à et par la recherche et les objectifs de professionnalités nouvelles. Des formes expérimentales d’enseignement — intensifs, workshops, apprentissages de construction à l’échelle 1 — se sont développées : avec quels résultats ? Si toutes les écoles affichent une ouverture à l’international, elles s’attachent aussi à cultiver le localisme : comment cohabitent ces directions opposées et dans quels enseignements s’expriment-elles ? Des questions qui s’imposent à l’échelle mondiale — le numérique et la transition écologique — suscitent des pédagogies adaptées : comment s’y articulent approches universitaires théoriques et enjeux pratiques ? Que révèlent à ce sujet les mobilisations actuelles dans les écoles d’architecture en Europe ?

Les cursus de formation (structure et thématiques de la formation initiale, durées, doubles-diplômes, études post-diplôme d’architecte)

La concurrence entre établissements, au niveau national mais aussi international, les conduit à diversifier leurs offres. Des rapprochements entre formations de disciplines différentes ont pu être opérés, à l’instar de ceux existants dans les universités polytechniques européennes et les cursus d’architectes-ingénieurs en Belgique. Si les écoles sont attachées à un diplôme unique d’architecte qui renvoie à une formation généraliste, elles développent des spécialités propres. En France, plusieurs proposent des doubles cursus : architecte-ingénieur, architecte-paysagiste, architecte-manager, architecte-designer et architecte-urbaniste. Des montages internationaux sont mis en place, sous forme de chaires, d’ateliers internationaux ou de workshops. Les troisièmes cycles sont diversifiés, des diplômes de spécialisation aux doctorats : l’apport d’autres disciplines engage des hybridations et interroge les modèles pédagogiques. Quels effets ont ces développements thématiques sur les curricula et sur les professionnalités visées ? Comment se traduisent ces évolutions à l’échelle des cursus ? Quelles représentations et quelles valeurs les sous-tendent ?

3. Les pédagogies vues des réseaux de réflexion et de discussion

Les formes (associations ou réseaux scientifiques) et les activités des réseaux (séminaires, colloques et publications)

En 1975, la création de l’Association européenne pour l’enseignement de l’architecture (AEEA ou European Association for Architectural Education, EAAE) entamait des échanges sur une formation architecturale européenne devant préserver la diversité des écoles nationales. Au début du XXIe siècle, de nouveaux réseaux d’initiatives institutionnelles ou d’enseignants échangent au niveau international ; certains visent à favoriser une recherche spécifique sur l’enseignement de l’architecture, du paysage et de l’urbanisme et à ouvrir des réflexions nouvelles sur les pédagogies au-delà du cadre des établissements. Les questions posées par le doctorat en architecture font l’objet de rencontres périodiques qui abordent tant les contenus que les débouchés possibles. Sous l’égide du ministère de la Culture, des réseaux scientifiques réfléchissent aux pédagogies relatives aux thématiques émergentes dans les écoles d’architecture. Comment se saisissent-ils de sujets qui relèvent de nouvelles politiques, voire d’idéologies ? Quels en sont les effets attendus et avérés ? Et comment agissent-ils sur les modèles pédagogiques ?

 

Modalités de transmission des propositions d’articles

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 20 mai 2024 au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère :craup.secretariat@gmail.com
Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Les articles ne doivent pas excéder 40 000 caractères, espaces comprises.
Langues acceptées : français, anglais.

Les articles doivent être accompagnés de :
– 1 notice biobibliographique entre 5 à 10 lignes (nom et prénom du ou des auteur(s), statut professionnel et/ou titres, rattachement institutionnel éventuel, thèmes de recherche, dernières publications, adresse électronique).
– 2 résumés en français et en anglais.
– 5 mots clefs en français et en anglais.
– Le titre doit figurer en français et en anglais.

https://journals.openedition.org/craup/13879



Citar este post
Andrés Avila Gómez (2023, 22 diciembre). CALL FOR PAPERS : “Educating in Architecture, Cities and Landscapes: New challenges for the 21st century”. Transferencias / Interferencias. Recuperado 17 de junio de 2024, de https://doi.org/10.58079/vex3

También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search